Une élue du Congrès réclame un examen psychiatrique pour Donald Trump


cpm3dkcxyaahy0y
Réaction du Tump quand Une élue du Congré réclame et lui demande un examen psychiatrique .

Soumettre Donald Trump à un examen psychiatrique ? C’est la recommandation de la représentante démocrate de Californie Karen Bass, élue de la région de Los Angeles au Congrès fédéral à Washington. « Nous avons besoin d’une plus grande compréhension de la santé mentale de M. Trump avant d’aller aux urnes le 8 novembre », affirme-t-elle.
Mme Bass, assistante médicale de profession, élue au Congrès depuis 2010, a lancé une pétition sur Change.org. Définition officielle à l’appui, le texte déclare que le magnat de l’immobilier « présente tous les symptômes » du trouble de la personnalité narcissique (NPD).

Selon les critères établis par l’association américaine de psychiatrie dans son manuel clinique DSM (« diagnostic and statistical manual of mental disorders »), la personnalité narcissique se distingue en effet par un sens exacerbé de sa propre grandiosité, une exagération de ses réalisations, des fantasmes de succès illimité, un besoin incontrôlé d’être admiré, une propension à exploiter les autres et une incapacité à s’identifier aux besoins des autres. L’exact portrait de Donald Trump, estime Mme Bass, qui présente, point par point, un échantillon des déclarations de l’empereur des casinos.

Fantasme de succès extraordinaire ? « La seule différence entre moi et les autres candidats, c’est que je suis plus honnête. Et mes femmes sont plus belles », a professé le candidat. Conviction d’être un être à part ? « Je connais les Chinois. J’ai gagné beaucoup d’argent avec les Chinois. Je comprends l’esprit chinois ».

Quête illimitée d’admiration ? « Mes doigts sont longs et beaux. Tout comme, et cela a été bien documenté, certaines autres parties de mon anatomie ».

Certitude de susciter l’envie ? « Mon QI est l’un des plus élevés. Et vous le savez tous. Mais ne vous sentez pas si stupide ou vulnérables. Ce n’est pas votre faute »…

Hillary Clinton a mis en cause son tempérament. Barack Obama a lui-même estimé le 2 août que le candidat républicain manquait totalement du « jugement » et des « connaissances » nécessaires (Deux jours plus tard, il a cependant refusé de répéter son diagnostic, se bornant à appeler les Américains à « juger par eux-mêmes »). M. Trump réagissant généralement par des tweets vengeurs, les démocrates se réjouissent de le voir mordre à tous les hameçons, démontrant qu’il n’a pas le cuir assez épais. « Un homme qu’on peut appâter avec un tweet n’est pas un homme à qui on peut faire confiance sur les armes nucléaires », a lancé Mme Clinton à la convention de Philadelphie.

La pétition suscite déjà la controverse. Certains estiment que Donald Trump est moins malade que « raciste » et que lui attribuer une condition médicale masque une réticence à reconnaitre les aspects les moins reluisants de la culture américaine.
D’autres, parmi les psychologues et proches de malades, regrettent que l’élue stigmatise des milliers de personnes atteintes de troubles mentaux.
Traiter Donald Trump de narcissique, autrement dit, donnerait une trop mauvaise image des vrais narcissiques…

Article signé par : Kanza abdellaoui

Publicités