​Cet article sera décomposé en deux partie , dans la première nous allons parler des banques participatives marocaines ayant déjà eu les agréments,  de leurs partenaires,  de leurs enseignes ainsi que les produits qu’elles offrent à la cible. Quant à la 2ème partie sera consacrée aux problèmes techniques et réglementaires au Maroc qui ont empêché le commencement de la finance participative au Maroc .

Bank Al-Maghrib, notre Banque Centrale marocaine, a publié en janvier 2017 un communiqué du Comité des Établissements de Crédit relatif à l’agrément pour l’exercice de l’activité bancaire participative. Toutes les banques marocaines candidates ont obtenu leur agrément, presque toutes ayant choisi de se lancer en partenariat avec un leader international de la finance islamique pour profiter de leur expertise dansce secteur nouvellement créé au Maroc.

Conformément aux dispositions des articles 34 et 60 de la loi n° 103-12 relative aux établissements de crédit et organismes assimilés, le Comité des Etablissements de Crédit, composé de deux représentants de Bank Al-Maghrib, dont le Wali en sa qualité de Président, et de deux représentants du Ministère chargé des Finances, dont la Directrice de la Direction du Trésor et des Finances Extérieures, s’est réuni en date du 29 novembre 2016 pour examiner les dossiers de demandes d’agrément pour l’exercice de l’activité bancaire participative au Maroc.

Après étude et analyse de ces dossiers, notamment au plan de l’actionnariat, de la valeur ajoutée au marché marocain, de la gouvernance et des risques, et à la lumière des informations complémentaires demandées aux différents postulants, le Comité a émis un avis favorable sur les demandes formulées, pour la création de banques participatives, par :

  • CIH Bank en partenariat avec la Qatar International Islamic Bank :
  • Umnia Bank أُمنية بنك – Adresse du site internet : http://www.umniabank.com (en construction)
  • BMCE Bank of Africa conjointement avec le groupe Dallah Al Baraka :
  • Al Baraka Bank Maroc بنك البركة المغرب – Adresse du site internet : http://www.albarakamaroc.com (en construction)
  • La Banque Centrale Populaire avec le groupe saoudien Guidance (société financière spécialisée dans le financement immobilier) :
  • Banque Participative du Maroc (BPM) البنك التشاركي المغربي – Website : http://www.banqueparticipativedumaroc.com
  • Attijariwafa Bank, étant précisé que cette banque est toujours en discussion pour un futur partenariat :
  • Assafaa Bank بنك الصفاء – Adresse du site internet : http://www.assafaabank.com (en construction)
  • Crédit Agricole du Maroc avec l’Islamic Corporation for the Development of the Private Sector ICD, filiale de la Banque Islamique de Développement BID.

Le Comité des Etablissements de Crédit a également émis un avis favorable pour autoriser trois banques à ouvrir des fenêtres participatives (agences ou guichets spécialisés Islamic Window) pour offrir à leur clientèle des produits bancaires participatifs :

  1. Banque Marocaine du Commerce et de l’Industrie.
  2. Crédit du Maroc.
  3. Société Générale.

C’est officiel, les premières banques islamiques ou banques participatives démarrent au Maroc en 2017. Plusieurs banques nationales et étrangères ont déjà  déposé une demande d’agrément et elles l’ont eu auprès de Bank Al-Maghrib. Les banques marocaines Attijariwafa bank, Banque Centrale Populaire, BMCE, CIH Bank et Crédit Agricole du Maroc ont annoncé le nom de leur nouvelle banque participative :

  • Assafaa Bank : Attijariwafa bank a annoncé son intention de transformer sa filiale Dar Assafaa en une banque islamique à part entière, avec son identité indépendante. Attijariwafa bank développera sa banque participative sans associé étranger.
  • Banque Participative du Maroc (BPM) : la Banque Centrale Populaire – BCP a signé un partenariat stratégique avec Guidance Financial Group. Basé aux Etats-Unis et filiale du fonds souverain qatari Barwa, Guidance Financial Group est un opérateur global de finance islamique actif dans plusieurs régions du monde.

Basé aux Etats-Unis et filiale du fonds souverain qatari Barwa, Guidance Financial Group est un opérateur global de finance islamique actif dans plusieurs régions du monde. Le capital de Banque Participative du Maroc sera réparti entre la BCP 80% et le groupe Guidance 20%.

  • Al Baraka Bank Maroc : le conseil d’administration de BMCE Bank présidé par Othman Benjelloun a approuvé un projet d’association avec Al Baraka Banking Group (ABG), l’un des leaders mondiaux de la finance islamique. Al Baraka Banking Group, dont le siège est situé à Bahrain, possède le plus large réseau mondial de banque islamique, avec un réseau de 500 agences et des filiales dans de nombreux pays musulmans.

Le partenariat entre BMCE et ABG prévoit la création au Maroc d’une filiale conjointe spécialisée dans la finance islamique ou participative, la BMCE détenant 51% du capital et le Groupe Al Baraka 49%. Selon Adnan Ahmed Yousif, President d’Al Baraka Banking Group, la filiale marocaine sera dotée d’un capital initial de 50 millions de dollars.

  • Umnia Bank : C’est le nom définitif donné à la banque participative du consortium constitué par CIH Bank,  Qatar International Islamic Bank (QIIB) et la CDG (Caisse de Dépôt et de Gestion, maison mère du CIH). Une structure provisoire nommée QMB Company avait été créée pour déposer la demande d’agrément auprès de Bank Al-Maghrib.

Le capital de la nouvelle banque participative Umnia Bank – أُمنية بنك (QMB Company) sera réparti entre :

  1.  CIH 40%;
  2.  QIIB 40% 
  3.  CDG 20%. 

Atlanta Assurances pourrait être le partenaire désigné pour l’offre Takaful ( sujet que je vais traiter ultérieurement).

Selon la loi 59.13   définissant les principes de base régissant l’assurance Takaful. Il s’agit du fonctionnement de l’opération d’assurance Takaful conformément aux avis conformes du Conseil supérieur des Ouléma, de la gestion de l’assurance Takaful par l’entreprise d’assurances et de réassurance moyennant une rémunération et de la couverture du risque par la collectivité des participants à hauteur de leurs contributions dans le compte d’assurance Takaful.

Le texte définit l’assurance Takaful comme étant une « Opération d’assurances fonctionnant conformément aux préceptes de la Charia, basée sur le don (tabarru) et sur l’entraide entre un groupe de personnes physiques ou morales appelées participants qui contribuent mutuellement dans l’objectif de couvrir les risques prévus au contrat d’assurance Takaful. »

Le texte précise qu’en assurance Takaful, le risque est supporté par la collectivité des participants, l’entreprise d’assurances et de réassurance percevant une rémunération au titre de la gestion de l’assurance Takaful.

Il est à noter que : L’agrément pour les opérations d’assurances Takaful ne pourra être accordé à une entreprise agréée pour d’autres opérations d’assurances .

La loi introduit la notion d’Avance Takaful : « Montants engagés par l’entreprise d’assurances et de réassurance pour combler l’insuffisance de l’actif représentatif des provisions techniques par rapport auxdites provisions et pouvant être récupérés sur les excédents futurs dégagés par une opération d’assurance Takaful. Ces montants ne peuvent donner lieu à aucun intérêt. »

Pour mémoire, QIIB avait été la première banque islamique à exprimer son souhait de créer une banque d’investissement au Maroc après la victoire du PJD aux élections parlementaires de 2011. Quelques jours après sa désignation, le premier ministre Abdelilah Benkirane avait reçu Khalid bin Thani al-Thani, président de Qatar International Islamic Bank (QIIB) et vice président du patronat qatari, accompagné de Abdulbasit al-Shaibei Pdg de QIIB.

Par ailleurs, Hassan Bensalah, PDG de la compagnie d’Assurance Atlanta a confirmé la volonté de la compagnie de se lancer dans la finance participative en développant une offre d’assurance islamique Takaful. CIH Bank détient 10% du capital d’Atlanta Assurance depuis le début de l’année 2015, dans le cadre d’une prise de participation croisée visant à développer une offre complémentaire de bancassurance.

  • Al Akhdar Participative Bank : le Crédit Agricole du Maroc, dont le capital est détenu à 75% par l’Etat marocain, a été autorisé à créer une banque participative dont il détiendra 51% du capital, en s’associant avec la Banque Islamique de Développement (BID), institution internationale dont le siège est à Djeddah qui détiendra 49% du capital.

    //pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

    (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({
    google_ad_client: « ca-pub-2750942822573157 »,
    enable_page_level_ads: true
    });

    Publicités